Portrait: Marie-Laure & Ali10/05/2019 à 11h19


Bonjour Marie-Laure, peux-tu nous présenter votre duo ?


Je m'appelle Marie-Laure, et voici Ali. C'est une Galga. Qui veut dire lévrier en espagnol. Elle vient donc d'Espagne, je l'ai adoptée en octobre 2016. Son âge est estimé à 4/6 ans environ.


Quel est son caractère ?


Ali a son caractère propre, c'est une angoissée de nature. Le lévrier, surtout à cet âge-là, a un caractère relativement calme, sauf quand on la lâche et qu'elle a envie de courir, là c'est une petite fusée ! On a l'habitude de dire du lévrier qu'il est « chat à l'intérieur, cheval à l'extérieur », et ça se retrouve bien chez elle.


Comment vous êtes-vous rencontrées toutes les 2 ?


La rencontre s'est faite à une journée lévriers, organisée par l'association « Celtiques Lévriers et Cie ». Je ne devais normalement pas y assister, mais je venais de perdre mon précédent chien d'une leucémie, et un peu pour me changer les idées, et comme je suivais la cause des Galgos depuis longtemps, je me suis décidée à y aller. Et lors de cette journée lévriers, la présidente de l'association m'a demandé si je voulais rencontrer quelqu'un... qui était mademoiselle Ali ! Après 3 semaines de réflexion, j'ai décidé de l'adopter.


Qu'est-ce qu'elle t'apporte au quotidien ?


Une compagnie de tous les jours, un partage quotidien, un amour immodéré pour sa propriétaire... un tout qui en fait un compagnon merveilleux.


Y a-t-il des contraintes, des difficultés rencontrées ?


La contrainte majeure, qui fait que les gens peuvent parfois hésiter à adopter, c'est les promenades, car il faut se promener plusieurs fois par jour, surtout quand comme moi, on est en appartement. Mais je tiens à préciser que même si on a jardin, ça n'exclut pas la promenade. Avec Ali, on fait 4 balades par jour, au total 3 heures en moyenne dans la journée, plus un temps de liberté que j'essaie de lui donner le plus souvent possible pour qu'elle puisse courir. Pour moi c'est vraiment la seule contrainte, pour d'autres il peut y avoir la taille du chien, mais j'ai de la chance, j'ai un lévrier que j'emmène partout.

 

Où vous baladez-vous à Rennes ?

 

Très peu au centre-ville, plutôt dans les jardins publics quand c'est autorisé. On aime bien aller à la Bellangerais car il y a de l'espace.


Le mot de la fin : as-tu quelque-chose à ajouter, un message à faire passer ?


Etant sensibilisée à la protection animale, je dirais « adoptez, n'achetez pas ». Et je peux dire quelque-chose de plus personnel ? Je suis très contente d'être une cliente vénérée de chez Ki-Kazh !




< Retour à la liste


Publié dans Ils font Ki-Kazh